FollowAnalytics Linkedin

La moitié du trafic sur les sites Web provient actuellement du mobile, une tendance qui se renforce chaque jour et qui devrait perdurer.

Développer une application mobile devient indispensable pour répondre aux besoins des utilisateurs, qui privilégient de plus en plus ce support pour accéder aux contenus, services et produits des marques. Avoir sa marque préférée dans sa poche est désormais une habitude bien ancrée.

Votre application mobile doit offrir la meilleure expérience utilisateur possible : affichage optimisé à la taille d’écran limitée, navigation fluide, fonctionnalités adaptées au Smartphone comme le M-paiement…

La création d’une application mobile ne représente pas seulement un avantage pour les utilisateurs, c’est également un investissement intéressant pour les entreprises, qu’il s’agisse de multinationales, de PME, de PMI ou d’indépendants.

C’est un moyen efficace pour attirer de nouveaux clients, augmenter le chiffre d’affaires, gagner en visibilité

Le développement d’applications mobiles est désormais simplifié par les technologies, comme les plateformes no-code ou low-code qui permettent de créer votre application sans ressources techniques supplémentaires.

La question n’est plus de savoir si vous devez ou non développer une application mobile, mais comment concrétiser ce projet. La création d’une application doit être un projet mûrement réfléchi, quelle que soit la solution choisie pour son développement.

Dans cet article, découvrez toutes les notions à connaître avant, pendant et après la création d’une application mobile. Vous aurez ainsi toutes les clés en main pour créer une application performante et qui répond à vos besoins (UX, Analytics…).

Le contexte du lancement d’application

Les questions à vous poser avant de vous lancer

Il est indispensable de cadrer votre projet pour l’orienter dans la bonne direction. Cette étape de réflexion en amont du développement peut sembler longue et fastidieuse, mais lorsqu’elle est pleinement aboutie, elle offre un gain de temps considérable pour la suite du projet.

Elle vous évite des erreurs, des ajustements en cours de route, des délais allongés ou des dépassements de budget.

Avec des solutions no-code/low-code, le développement et les modifications de l’application mobile sont plus rapides, et permettent d’optimiser au fur et à mesure votre application mobile.

Le cadrage en amont peut consister en une étude de marché répondant aux questions suivantes (objectifs, cible, choix des fonctionnalités…).

Les avantages d’une application mobile

Les applications présentent une multitude d’avantages et autant de raisons de vouloir passer le pas. Elles vous permettent par exemple de :

  • Renforcer l’image de marque et votre notoriété ;
  • Engager et fidéliser autrement la cible ;
  • Augmenter les ventes ;
  • Améliorer l’expérience client en exploitent des fonctionnalités natives du téléphone comme la reconnaissance faciale, la géolocalisation ou les notifications Push ou In-App ;
  • Offrir un canal business supplémentaire ;
  • Compléter votre stratégie multicanale (en plus de votre site Web) ;

Nous pourrons également citer un autre avantage important : mieux comprendre les comportements des utilisateurs. Vous obtiendrez des statistiques utiles pour mieux saisir les priorités de votre audience, personnaliser la relation et y répondre  de façon pertinente.

Vous obtiendrez ainsi des insights déterminants pour prendre des décisions adéquates vous permettant d’impacter sensiblement votre taux de conversion.

Il est bien entendu nécessaire et obligatoire que ces informations utilisateurs soient collectées dans le respect du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données). Cela implique notamment que les utilisateurs :

  • Donnent leur consentement pour le recueil de leurs informations personnelles.
  • Sachent précisément quand, pourquoi et comment leurs données sont collectées.
  • Aient un droit d’accès, de modification et de suppression de leurs données, de manière simple et transparente.

Vous devez également vous engager à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger ces données et avertir les utilisateurs en cas de faille de sécurité.

Les objectifs à définir pour votre application

Pourquoi voulez-vous créer une application mobile ? La réponse à cette simple question est déterminante pour cadrer votre projet. Précisez clairement votre ou vos objectifs :

  • Faciliter l’accès aux gammes de produits ou services ;
  • Augmenter la notoriété, améliorer l’image de marque ;
  • Accroître le chiffre d’affaires ;
  • Perfectionner l’expérience consommateur, fidéliser la clientèle ;
  • Proposer des fonctionnalités pratiques (par exemple la reconnaissance faciale pour le retail cosmétique) ;
  • Renforcer votre stratégie multicanale ;
  • Obtenir un canal business supplémentaire ;
  • Développer des outils internes à l’entreprise pour accélérer ou automatiser les processus.

Pour définir votre objectif, vous pouvez vous appuyer sur la méthode SMART, c’est-à-dire Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste, Temporellement défini. Cette méthode habituellement employée dans le marketing est également très utile dans la gestion de projet.

Elle vous aidera à préciser vos objectifs de manière opérationnelle afin d’en assurer leur faisabilité. Vous pourrez ensuite intégrer ces objectifs dans le développement de votre application.

De cette réflexion découlera le choix des fonctionnalités, la priorité du développement ou encore des données à suivre.

Les indicateurs clés de performance

Définissez les KPI à suivre pour mesurer les performances de votre application mobile. Il en existe un très grand nombre, par exemple :

  • Le nombre de téléchargements ;
  • Le nombre de désinstallations ;
  • Le taux de crash ;
  • Le nombre d’utilisateurs actifs par mois (MAU) et par jour (MAU) ;
  • Le temps passé sur l’application ;
  • Les contenus/fonctionnalités les plus appréciés ;
  • Le taux de complétion du funnel des feedbacks.

Les KPI vous permettront de comprendre à quels moments les utilisateurs quittent votre application, quels éléments sont appréciés ou non, mais aussi quels freins éventuels rencontrent-ils lors de leur navigation. Autant de pistes à exploiter pour optimiser votre application en continu.

Votre public cible

Votre application mobile ne s’adresse pas à tout le monde, mais à un public d’utilisateurs précis (une audience cible, mais aussi, selon les cas, différents segments). Elle doit leur apporter une réelle valeur ajoutée, c’est la condition indispensable pour qu’ils la téléchargent et l’utilisent.

L’une des premières étapes consiste donc à déterminer l’audience à laquelle s’adresse votre application mobile : qui sont les utilisateurs visés et quels sont leurs besoins ?

Pour vous aider lors de cette étape de profilage, vous pouvez utiliser la méthode des personas : il s’agit d’inventer des profils d’utilisateurs qui correspondent à votre audience cible. Ces personas vous aident à mieux comprendre vos clients, leurs besoins et les freins éventuels.

Une autre méthode peut être d’interroger directement vos futurs utilisateurs pour sonder leurs attentes, en organisant des panels par exemple.

Connaître votre audience vous permet de prendre des décisions pertinentes pour le développement de votre application mobile :

  • Choix des fonctionnalités ;
  • Design ;
  • Business model/prix ;
  • Sélection du système d’exploitation ;
  • Intégration à votre écosystème ;
  • Préférence du type d’application (native, Web ou hybride).
La connaissance de sa cible est une donnée essentielle pour créer une application mobile

À qui s’adresser pour la création ?

Il existe désormais plusieurs solutions pour développer une application mobile. Le choix dépend de vos besoins, de votre budget et du délai fixé. Revenons sur les différentes possibilités qui s’offrent à vous.

Les solutions no-code/low code

Ces plateformes directement accessibles en ligne simplifient et accélèrent le développement d’applications mobiles, avec une fourchette de prix particulièrement avantageuse.

Ici, la création de l’application se fait sur une interface visuelle conviviale et ergonomique, les différentes fonctionnalités sont ajoutées par simple glisser-déposer.

Dans le cadre du low-code, des compétences en développement sont nécessaires. Le no-code, quant à lui, est accessible même aux débutants.

L’application mobile ainsi conçue est aussi qualitative et performante qu’avec les méthodes traditionnelles, ce qui explique le succès de ces plateformes.

Une agence de création d’applications

Ces professionnels sont spécialisés dans le développement d’applications mobiles, ils en maîtrisent les contraintes et enjeux et sont capables de répondre à des demandes des plus simples aux plus pointues. Cependant, les tarifs sont élevés et les temps de développement longs.

Un programmeur en free-lance

Cette seconde option présente les mêmes avantages et inconvénients que la première. La différence principale est que, contrairement à une agence, il n’y a ici qu’un seul professionnel pour réaliser l’application.

Il faut donc recruter un développeur possédant les compétences techniques spécifiques attendues, là où une agence disposera de plusieurs profils de développeurs en fonction des projets. Comme il sera seul, le temps de développement pourra également s’en trouver allongé.

Une équipe de développement en interne

Cette solution concerne avant tout les grandes entreprises, puisqu’elle nécessite de recruter des salariés dédiés au développement de votre future application mobile. Il faut donc à la fois disposer des moyens nécessaires et avoir des besoins en développement qui justifient ces recrutements.

Les différents types d’applications

Vous disposez de trois options principales pour développer votre application mobile : native, progressive Web App ou hybride. Chacune de ces solutions présente des atouts et des inconvénients, il s’agit donc de trouver celle qui correspond le mieux à vos besoins.

Voici ce qu’il faut savoir pour faire le bon choix :

L’application native

Elle est développée spécifiquement pour un système d’exploitation. Elle permet ainsi d’exploiter pleinement toutes les fonctionnalités natives qui découlent du smartphone, comme l’appareil photo, la géolocalisation, la reconnaissance faciale ou encore l’authentification par empreinte digitale.

Les applications natives sont distribuées via les stores correspondant au système d’exploitation choisi (par exemple, Play Store pour Android et Apple Store pour iOS).

Elles sont sécurisées et assurent une expérience utilisateur optimale, dynamique, fluide et plus personnalisée.

Cette solution présente d’autres avantages : l’application peut interagir avec celles déjà présentes sur le smartphone de l’utilisateur, et exploiter par exemple le geofencing et les notifications In-App. Leur mise à jour est rapide, et il est même possible de proposer une option hors ligne pour les utiliser.

Les applications natives présentent deux inconvénients principaux : elles doivent répondre aux règles fixées par les stores pour être approuvées et mises en ligne.

Ce qui sous-entend des mises à jour régulières pour correspondre aux critères des stores qui évoluent en permanence, et leur développement est généralement plus onéreux.

Cependant, les solutions no-code et low-code permettent de contourner efficacement ces inconvénients, puisque les applications natives ainsi générées respectent les critères définis par les stores et ont un coût de développement attractif.

Un site de type Progressive Web Application (PWA) ou plus généralement appellé PWA

Elle ne dépend pas d’un système d’exploitation unique. Elle fonctionne via le navigateur Web et est accessible par une URL. Elle n’a donc pas besoin d’être téléchargée et installée par l’utilisateur.

Ce type d’application a d’autres atouts : la PWA est référencée dans les moteurs de recherche et il n’est pas nécessaire de s’adapter aux règles des différents stores pour la concevoir. Son coût est également plus abordable.

Elle présente cependant quelques inconvénients à connaître : elle nécessite que l’utilisateur soit connecté à internet, et sa fluidité dépend avant tout du navigateur utilisé.

Elle est généralement moins puissante qu’une application native et ne peut pas exploiter les fonctionnalités présentes sur le smartphone. Par conséquent, l’expérience utilisateur est moins optimisée.

L’application hybride

Elle fonctionne sur différents systèmes d’exploitation à la fois et peut donc être distribuée sur plusieurs stores. Il est ainsi possible de développer une seule version de l’application, ce qui réduit significativement les délais et les coûts liés au projet.

L’expérience utilisateur est globalement satisfaisante, puisqu’elle est capable d’exploiter les fonctionnalités présentes sur le smartphone, tout comme les applications natives.

Cependant contrairement à ces dernières, elles manquent de puissance et offrent des performances moindres : l’adaptation à différents systèmes d’exploitation ne permet pas d’utiliser pleinement les fonctionnalités de chacun d’eux.

Elles s’en trouvent également limitées en ce qui concerne les possibilités de design. L’application hybride est ainsi correcte dans tous les domaines, mais sans jamais parvenir à l’excellence.

La création de l’application

Le cahier des charges

Le cahier des charges représente la feuille de route de votre projet pour créer votre application mobile. Il permet de formaliser les idées, de cadrer le plan de développement et d’anticiper toutes les étapes nécessaires à la réalisation du projet.

Il représente bien plus qu’un simple support, c’est un guide complet qui vous aide à maîtriser l’intégralité du projet, à faciliter le développement et à économiser du temps et de l’argent.

Le cahier des charges contient différents points, parmi lesquels :

  • Le contexte de développement ;
  • Les objectifs que doit permettre d’atteindre l’application mobile : qu’ils soient quantitatifs (volume de trafic, téléchargements ou ventes) ou qualitatifs (améliorer la connaissance client, l’expérience utilisateur, gagner en visibilité…), ils doivent être définis précisément ;
  • Les fonctionnalités et spécificités techniques ;
  • Les limites du projet et son périmètre d’action ;
  • Les contraintes techniques, légales et logistiques ;
  • Les différentes étapes de développement ;
  • Les ressources : par exemple, le personnel en charge de l’application ;
  • Le budget alloué au projet et sa répartition ;
  • Les délais ;
  • Les KPI à suivre pour mesurer les performances de l’application ;
  • Le plan de taggage : indispensable pour suivre le parcours des utilisateurs de votre application, savoir où ils cliquent, à quels moments ils stoppent leur utilisation… ;
  • La présentation de votre entreprise : date de création, secteur d’activité, nombre de salariés…

Ce document de référence sera transmis aux différents intervenants du projet, qu’ils soient internes à votre entreprise ou externes (agence de création d’application, développeur en free-lance…).

Il doit donc contenir toutes les informations utiles, de manière claire et précise, pour que chacun comprenne le projet, ses objectifs et les contraintes liées. Réalisez-le de la manière la plus précise possible. Mieux vaut trop d’informations que pas assez.

Les fonctionnalités

Vous pouvez intégrer une multitude de fonctionnalités dans votre application mobile. Voici plusieurs exemples de fonctionnalités intéressantes :

  • L’achat des produits/services ;
  • Le paiement mobile ;
  • La visio ;
  • La reconnaissance faciale ;
  • L’intégration d’un chat ;
  • Le Geofencing…

Il peut être tentant d’en intégrer autant que possible, surtout avec des solutions no-code/low-code qui permettent d’ajouter facilement et rapidement des fonctionnalités dans une application mobile.

Néanmoins,  vous devez avant tout sélectionner celles qui apportent une valeur réelle à votre application.

Vous devez concevoir votre application selon le concept du MVP (Minimum Viable Product) : cette méthode consiste à se concentrer en premier lieu sur la fonctionnalité clé qui répond au besoin principal du client. L’application est ainsi utilisable dès la première ébauche et peut être rapidement testée.

Si le résultat est concluant, vous pourrez ajouter progressivement des fonctionnalités supplémentaires qui permettront d’enrichir l’application et d’améliorer l’expérience utilisateur.

À l’inverse, si votre application ne rencontre pas le succès escompté, vous pourrez réorienter votre projet avant de dépasser votre limite de ressources investies (argent, temps…).

Les notifications push

Les notifications push sont des messages qui s’affichent sur l’écran du smartphone, même lorsque le mobinaute n’utilise pas votre application.

L’objectif est de lui donner envie de lancer une session utilisateur (par exemple : ajout d’un nouveau contenu, offre promotionnelle en cours…) ou de lui délivrer une information immédiate (comme lors de l’expédition d’une commande).

Ces notifications sont spécialement conçues pour le mobile et représentent un véritable atout pour les campagnes marketing. Elles permettent notamment d’augmenter significativement l’engagement.

Les notifications push peuvent être enrichies avec des gifs, vidéos, images, sons, emojis… Ces formats riches améliorent de manière significative le taux d’ouverture, ils permettent également de varier vos notifications et de les personnaliser en fonction du segment d’audience pour conserver l’intérêt de vos utilisateurs.

Il est important de travailler ses notifications push pour garder l'intérêt de la cible

Le développement

La phase de développement vous demandera d’avoir plusieurs points à suivre. Pour ce faire, nous vous recommandons un indispensable pour tout chef de projet : optez pour un rétroplanning. Il peut, par la suite, évoluer mais il constitue une base de réflexion et de cadrage. 

Construire un rétroplanning

Cette méthode de planification inversée consiste à lister et ordonner les différentes tâches à réaliser, en estimant leur durée. Ici, on commence par la fin du projet (la date butoir pour le lancement de l’application), puis l’on remonte, d’étape en étape, jusqu’aux premières phases de développement.

Cette technique offre plusieurs avantages : organiser le projet, vérifier sa faisabilité dans le temps imparti, déterminer les ressources pour chaque tâche et la date à laquelle le projet doit être démarré au plus tard.

Lancer le développement de votre application mobile

Le calendrier de développement de l’application mobile peut varier selon le store auquel elle est destinée (Android, iOS ou les deux). Les stores effectuent une vérification de votre application pour déterminer si elle répond à leurs règles avant de l’approuver et de la mettre en ligne.

Cela implique des délais à prendre en compte et qui varient d’un store à l’autre. Notez également que si votre application n’est pas approuvée, vous devrez alors opérer les corrections nécessaires avant de la soumettre à nouveau, ce qui entraîne des délais supplémentaires.

Votre budget

Le budget alloué à la création d’une application mobile dépend de nombreux facteurs, parmi lesquels :

  • Le choix du prestataire ou de la solution ;
  • Les spécifications fonctionnelles à intégrer ;
  • La maintenance ;
  • Les optimisations éventuelles…

Il existe des solutions pour obtenir une application mobile fonctionnelle et performante tout en maîtrisant votre budget. Par exemple, en optant pour une solution low-code/no-code, le prix est en moyenne 3 à 5 fois moins cher que pour une application livrée par une agence de création.

Opter pour des solutions tout-en-un peut également présenter des avantages, car celles-ci offrent la possibilité, pour un coût global, d’obtenir une application livrée et équipée d’outils de pilotage (campagne et analytics).

Vous profitez ainsi d’une solution complète pour développer l’application, l’animer ensuite, puis obtenir des données clés pour l’optimiser et améliorer vos campagnes en continu.

Les délais

Il faut compter un délai au minimum de 8 à 12 mois lorsqu’on opte pour un développement traditionnel, c’est-à-dire avec un codage de A à Z (agence de création d’applications mobiles, développeur en free-lance…). Si l’on se tourne vers une solution low-code/no-code, il est possible de réduire ce délai à seulement quelques semaines.

À noter que la réduction des temps de développement est rendue possible par le fonctionnement même de la technologie low-code/no-code. Cette dernière n’entraîne aucune baisse de qualité de l’application, et n’implique aucun compromis en termes de choix des fonctionnalités.

Lorsque vous établissez votre planning (ou rétroplanning), vous devez également être attentif à ces deux éléments :

  • Les délais sont parfois allongés en fonction de la publication sur un seul store ou sur les deux à la fois.
  • Les délais varient parfois aussi entre les différentes versions qui doivent être mises à jour.

Votre business model/business plan

L’accès à votre application mobile peut se faire via différentes méthodes de financement. Voici les principales.

Gratuite

Les utilisateurs peuvent librement télécharger, installer et se servir de votre application, dans son intégralité et sans contrepartie financière.

Payante

Pour accéder à l’application mobile, l’utilisateur doit l’acheter dans le store. Une fois cette somme acquittée, il pourra l’utiliser librement et la réinstaller chaque fois que nécessaire, sans devoir payer à nouveau.

Par abonnement

Ce système permet aux mobinautes de s’abonner à l’application. Le téléchargement est gratuit, mais pour profiter des fonctionnalités, il devra s’acquitter d’une somme. Vous pouvez proposer différentes options d’abonnement (prix unique, tarif dégressif, abonnement mensuel, trimestriel, annuel, possibilité de l’interrompre à tout moment…).

Intégration de publicités

Vous avez deux solutions principales ici. La première est de mettre à disposition gratuitement l’application en affichant, en contrepartie, des publicités lors de son utilisation. L’autre solution est de proposer à l’utilisateur de payer, s’il le souhaite, pour continuer à se servir de l’application sans voir s’afficher de publicités.

Achats In-App 

L’application est gratuite, mais il est possible aux mobinautes qui le souhaitent de faire des achats intégrés pour améliorer leur expérience. L’exemple le plus connu est celui des jeux mobiles qui sont disponibles gratuitement, mais qui proposent aux joueurs d’acheter des bonus pour avancer plus rapidement.

Affiliation

Ce système consiste à afficher des publicités pour d’autres applications mobiles. En contrepartie, les annonceurs vous reversent une commission (par exemple, chaque fois qu’un utilisateur clique sur la publicité ou télécharge l’application montrée).

Freemium

Le mobinaute peut utiliser l’application gratuitement et, s’il le souhaite, payer pour s’en servir de manière plus poussée, par exemple via des fonctionnalités supplémentaires.

La connexion à l’écosystème

La connectivité de l’application mobile avec l’écosystème de l’entreprise permet sa bonne intégration avec tous les outils préexistants.

Cette connectivité n’est pas automatique, vous devez être attentif à ce point avant même de lancer le développement de l’application, par exemple au moment où vous choisissez une plateforme low-code/no-code ou que vous discutez des détails de l’application avec une agence.

Dans l’idéal, votre application devrait pouvoir se connecter avec votre CRM (solution de gestion de la relation client), DMP (plateforme de gestion des données) ou encore CMP (plateforme de gestion du consentement), afin d’enrichir continuellement les données et votre connaissance client.

Le post-lancement de votre application

La période de test

Votre application mobile doit être testée pour vérifier qu’elle fonctionne parfaitement et qu’elle réponde aux attentes (fluidité, ergonomie, design…). Chaque élément non satisfaisant devra ensuite être optimisé, puis testé à nouveau. Vous devez inclure cette phase de test dans votre planning.

Il est toujours possible (et même recommandé) d’optimiser une application en continu après son lancement, mais elle doit offrir l’expérience utilisateur la plus satisfaisante possible dès sa mise à disposition.

Des bugs et autres difficultés rencontrées lors de la navigation entraînent généralement une désinstallation immédiate par l’utilisateur, voire une mauvaise note dans le store.

La promotion de votre application

La création d’une application mobile n’est qu’une première étape, elle ne s’arrête pas à sa livraison. Il faut aussitôt penser à des façons de la promouvoir, l’animer et la piloter, en intégrant des solutions de push et d’analytics.

Le lancement d’une application mobile doit faire l’objet d’une promotion, pleine et entière, afin d’informer les futurs utilisateurs et leur donner envie de la télécharger. Réussir son lancement et générer de nombreux téléchargements permet à l’application d’être rapidement bien référencée dans les stores.

Il faut savoir que les utilisateurs ont la possibilité de noter l’application dans ces derniers : ce qui a une incidence directe sur le classement de celle-ci et sur son image auprès des mobinautes.

Il faut donc prendre en compte ces retours. Rater son lancement n’est pas une fatalité, mais il est difficile de faire revenir des utilisateurs déçus.

Vous devez donc être attentif à leurs commentaires et veiller à améliorer les défauts relevés ; et plus encore, en amont, à tester votre application pour vous assurer qu’elle offrira l’expérience la plus satisfaisante possible dès son lancement.

Conclusion

Le développement d’une application mobile est un processus long. Vous devez prendre de nombreuses décisions : choix du prestataire ou de la solution, du type d’application, des fonctionnalités, du business plan

C’est pourquoi la phase de préparation est essentielle : en menant une réflexion approfondie sur vos besoins et ceux de vos utilisateurs, puis en rédigeant un cahier des charges exhaustif, vous réaliserez les choix les plus pertinents et vous aurez toutes les clés en main pour créer une application performante qui vous permet d’atteindre vos objectifs.

Le développement ne s’arrête cependant pas au lancement de l’application, vous devez ensuite l’animer, la piloter, mesurer ses performances et l’optimiser en continu.

New call-to-action