Quel est le meilleur KPI pour jauger le succès d’une application mobile ?

Aujourd’hui, les applications mobiles font partie de notre quotidien. Désormais, le choix sur les app stores représente un défi au quotidien et il est parfois difficile de trouver une app mobile en adéquation avec son envie.

Les éditeurs d’applications mobiles doivent donc répondre à une attente précise afin d’attirer le regard des utilisateurs.

Pour ce faire, il faut se focaliser sur quelques KPI bien précis et notamment sur les MAU (Mobile Active Users).

 

Le taux de rétention est un KPI primordial pour votre application mobile

Qu’est-ce qu’un MAU ?

Un MAU est littéralement un Monthly Active User. En français c’est donc un Utilisateur Actif Mensuel.

Cette métrique permet de faire la différence avec les mobinautes qui ont téléchargé l’application mais ne l’utilisent pas.

Le nombre de téléchargements est le noeud d’étranglement de l’utilisation de l’application mobile : sans téléchargement, il ne peut y avoir d’utilisation de l’application mobile.

Néanmoins, se reposer uniquement sur le nombre de téléchargements masque une partie importante au niveau business : l’application mobile répond-elle à un besoin ? Si oui, elle aura des chances d’être utilisée.

Un aspect business peut également ressortir du taux de rétention qui constitue un KPI principal pour une application mobile. Le taux de rétention correspond au pourcentage d’utilisateurs actifs (dans une période définie dans le temps) sur le nombre de téléchargements.

 

Comment connaître le nombre de MAU ?

Pour savoir si le succès est au rendez-vous, les entreprises doivent donc se pencher sur les statistiques d’utilisation de leur application mobile et surtout sur les MAU (Monthly Active User).

Si vous possédez une application mobile, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • L’option gratuite : Google Analytics permet de mesurer l’utilisation de son application mobile au même titre qu’un site web. Elle sera néanmoins moins complète en terme de détails pour les KPI d’une application mobile, qu’une solution payante.
  • L’option payante : plusieurs éditeurs de logiciels sont spécialisés dans l’analyse du comportement des consommateurs sur les applications mobiles.

Le choix d’un investissement dans une solution payante dépend de vos priorités : si le mobile est un enjeu stratégique pour votre société, alors un outil spécialisé dans l’analyse de la performance des applications pourra être décisif pour espérer un certain retour sur investissement..

 

Les KPIs vous aident à calibrer votre stratégie

En fonction de votre business, vous serez amené à déterminer une périodicité précise, l’analyse mensuelle n’étant pas toujours adaptée.

Par exemple :

  • Pour une application autour du thème de l’information, la fréquentation aura plutôt tendance à être journalière.
  • Pour une application dans l’assurance, la fréquence d’utilisation sera plus étendue en fonction des raisons de son utilisation: consultation remboursement, demande d’aide suite à un sinistre…

Selon votre business, il peut donc être plus intéressant de se focaliser sur une autre unité de mesure comme les jours ou les semaines. À vous d’évaluer ce qui est le plus pertinent dans votre cas.

Ce qui est certain, c’est que ces informations ne doivent pas être négligées puisque les MAU sont de véritables indicateurs de performances. Grâce à ces données, les entreprises peuvent modifier leur stratégie en l’adaptant aux résultats obtenus.

Cette méthodologie d’analyse des résultats permet de maximiser les chances de réussite, surtout si une application est monétisée.

En effet, elle permet de mesurer directement la rentabilité, les avantages du modèle choisi…

Le nombre de téléchargements est primordial, mais cet indicateur ne doit pas être le seul pris en compte, car il pourrait être trompeur sur le réel succès de votre application.

 

Quels sont les KPI à suivre pour votre application mobile ?

 

Pour résumer, voici les KPI de base pour une application mobile :

  • Le nombre d’utilisateurs actifs sur le mois écoulé (MAU)
  • Le temps moyen de session
  • Le nombre de téléchargements

Il est nécessaire de s’attarder sur l’engagement, car même si le nombre de téléchargements est important, il n’indique pas la consommation réelle du service.

En effet, quelques jours (voire heures) plus tard seulement après l’installation, l’intérêt de l’utilisateur est susceptible de décroître, d’où l’importance de garantir une certaine pérennité.

 

Pourquoi le taux de rétention est un indicateur de succès indispensable ?

Vous l’avez donc compris, il est impossible de développer une application sans se focaliser sur cette notion d’engagement. Trois cas de figure très simples peuvent être identifiés :

  • L’application mobile est téléchargée à de nombreuses reprises et affiche un taux d’engagement satisfaisant, elle répond donc à un besoin précis
  • L’application est téléchargée, mais l’engagement retombe rapidement. Il s’agit d’identifier et de comprendre les raisons du délaissement
  • L’application n’a pas suscité de téléchargements, les attentes n’ont pas été comprises

Il est donc nécessaire de répondre à un besoin, mais il faut aussi adapter l’App pour satisfaire un maximum d’utilisateurs.

De ce fait, rien n’est réellement acquis, d’où l’intérêt de vous attarder sur quelques KPI de l’application mobile et notamment sur les MAU voir les DAU (Daily Active Users).

 

Le téléchargement est dicté par un besoin spécifique

Alors que les Français ont dépensé en 2017 près de 936 millions d’euros via les applications mobiles, ils n’utilisent pas toutes les possibilités offertes que ce soit sur l’App Store ou le Google Play Store.

En effet, même si le nombre moyen d’applications utilisées par personne est en hausse, – Facebook, Instagram, Snapchat, Skype ou encore Twitter restent sur le devant de la scène.

La recherche et le téléchargement d’une application mobile est quelque chose  qui demande une certaine forme d’investissement personnel, bien au delà de la consommation banale d’un média.

Cette action volontaire et significative du mobinaute doit donc être prise en compte lors du développement de ces applications.

La question que doivent se poser les développeurs de l’application mobile est alors : « pour quel besoin spécifique l’internaute a-t-il téléchargé mon application ? ».

 

Le téléchargement d'une application mobile est une action très forte de la part d'une personne

Les européens utilisent moins leur mobile que leurs cousins américains ou asiatiques

Si les Français passent près d’une heure et demie par jour sur les applis mobiles, les Japonais ont tendance à leur consacrer 165 minutes par jour, contre 134 minutes pour les Américains et 107 minutes pour les Allemands.

 

Le taux de rétention diffère selon les applications mobiles

Ainsi, le taux de rétention est l’un des principaux indicateurs de performance en termes de marketing mobile. Il mesure le nombre de mobinautes qui utilisent régulièrement une application mobile.

Exprimé en pourcentage, ce chiffre peut être obtenu sur une période courte (un à sept jours) ou longue (un à plusieurs mois).

La rétention ne doit donc pas être négligée puisqu’elle permet d’évaluer l’implication de l’utilisateur.

Cet indicateur est important pour tous les domaines, et variera selon les entreprises et les LTV (Life Time Value, en français la valeur vie. Cela correspond à la somme des profits générés par une entreprise tout au long de sa relation avec un client).

Les LTV sont différentes selon les secteurs comme la banque, le retail, la grande consommation, l’assurance ou le luxe.

Avec ce pourcentage, vous êtes ainsi en mesure de jauger la qualité du match entre le service proposé par votre marque et le besoin du consommateur, car plus il est satisfait, plus il utilisera l’application.

 

Les 3 points à retenir :

  • Le nombre de téléchargements n’est pas un KPI suffisant pour juger de la performance d’une application
  • Les utilisateurs actifs sont en général suivis sur une fréquence journalière (DAU) ou mensuelle (MAU)
  • Le taux de rétention dépendra de votre faculté à savoir engager vos consommateurs : proposer le bon format de notification push, au bon moment et de manière personnalisée