marketing-mobile-engagement

Le mot le plus important dans l’univers mobile

Le terme le plus important du marketing mobile est le mot « permission ».

Il prend son sens aussi bien vis-à-vis des utilisateurs d’appareils mobiles que de la technologie.

Le marketing fondé sur le concept de permission (« permission-based marketing ») est, selon la définition de la Mobile Marketing Association,  « l’autorisation des consommateurs pour la mise en place d’un dialogue marketing sur leurs appareils mobiles en échange d’une valeur ajoutée. »

Dans le domaine du Mobile Marketing Automation, la notion de permission permet de définir les rôles et les responsabilités de manière à ce que chaque personne puisse gérer les activités qui lui incombent au sein de la plateforme. Cela apporte une plus grande efficacité dans la gestion des campagnes, qui profitent ainsi aussi bien à la marque qu’au client ou utilisateur final de l’application mobile.

Sur la plateforme FollowAnalytics, l’administrateur peut limiter l’accès de chaque utilisateur individuel à certaines fonctions ou applications mobiles particulières. Par exemple, une personne pourrait n’avoir accès qu’à la partie analyse mais pas aux campagnes, et ce pour une application donnée.

Un utilisateur peut aussi se voir autoriser l’accès à plusieurs applications – par exemple, un employé responsable de plusieurs marques peut avoir un accès distinct mais toujours direct aux multiples interfaces utilisateurs de la plateforme, en utilisant le menu déroulant en haut de l’écran.

Penchons nous à présent sur la façon dont la permission ou l’autorisation des utilisateurs enrichit les interactions, et les rend plus personnelles et gratifiantes pour l’utilisateur ainsi que pour la marque :

Citons une nouvelle fois la Mobile Marketing Association, au travers d’un Livre Blanc dédié au permission-based marketing :

«  La clé de l’efficacité du marketing mobile basé sur la permission est le concept d’un échange de valeur : les utilisateurs donnent leur autorisation, et parfois leurs informations personnelles et leurs préférences, en échange d’un produit, d’un service ou d’une offre qu’ils jugent intéressant, pertinent ou avantageux pour eux ».

« Quand les consommateurs autorisent les marques et les entreprises à interagir avec eux, ils s’attendent à ce que cet accord soit respecté : en échange du partage de leurs coordonnées et de leurs préférences personnelles, les sociétés doivent respecter leur confidentialité et offrir une véritable valeur ajoutée. Cette valeur peut être tangible et être d’ordre commercial, comme des coupons, réductions ou échantillons ; mais elle peut également offrir des divertissements ou de l’information, comme des applications ou du contenu ».

« Exécuté correctement, le marketing mobile basé sur la permission permet aux marques de créer plus de relations longue durée avec leurs clients, mais aussi de développer l’engagement, le taux de réponse ainsi que le retour sur investissement. »

Une étude d’Alcatel-Lucent auprès de 2223 jeunes utilisateurs de mobiles dans 11 pays montre que 63% d’entre eux affirment qu’ils y aurait une plus forte probabilité qu’ils achètent un produit ou un service d’une de leurs marques favorites utilisant un service de marketing mobile basé sur la permission ; 76% d’entre eux indiquent qu’il est important que les publicités mobiles soient pris en compte leurs intérêts et préférences personnelles ; enfin, 81% considèrent fondamentale la demande d’autorisation avant tout envoi de messages publicitaires sur leurs téléphones.

Historiquement, les premiers succès du marketing mobile sont liés à des programmes de fidélité. De nombreux sondages ont montrés que, aux Etats-Unis, un tiers des utilisateurs de mobile sont disposés à s’inscrire à de tels programmes.

Comme l’indique la Mobile Marketing Association, les entreprises doivent trouver un équilibre entre la simplicité d’enregistrement pour pousser les utilisateurs à s’inscrire, et la récolte de suffisamment d’informations pour développer une base de données riche. La quantité d’informations personnelles collectées au moment de l’enregistrement du client doit être limitée. Au fur et à mesure, et avec l’autorisation de l’utilisateur, l’entreprise peut associer ces informations initiales aux informations extraites de l’analyse du comportement de l’utilisateur de manière à approfondir son profil et ses préférences dans la base de données.

Les catégories de données qui peuvent être recueillies sont :

  • Facteurs démographiques : genres, âge et revenus ou habitudes d’achat.
  • Intérêts : news, divertissement, voyage, cuisine, etc.
  • Attitudes : valeurs, opinions et style de vie.
  • Lieu : domicile, bureau et position en temps réel.

Un appareil mobile est un objet extrêmement personnel, il est donc logique que la demande d’autorisation soit si importante pour favoriser une expérience positive.

Ne négligez pas cet aspect lorsque vous formez votre équipe à l’utilisation d’une plateforme de Mobile Marketing Automation. Assurez-vous de choisir la personne la mieux adaptée pour chaque tache, et d’établir suffisamment de dialogue au sein de l’équipe pour que tous les membres puissent être sur la même longueur d’onde.

Mené correctement, un programme mobile centré sur l’autorisation de l’utilisateur apporte de la valeur à tous.