Comment capitaliser sur votre data mobile grâce aux push ?

Collecter de la data sur un Smartphone ne suffit pas, encore faut-il bien l’exploiter. Cette source de données utilisateurs pourra être utilisée intelligemment afin de capitaliser sur la segmentation de votre prochaine campagne mobile marketing et atteindre votre coeur de cible visé.

1 – De la data mobile pour de la data mobile, ça sert à quoi ?

Obtenir de la data est la première étape. Pour cela, il est possible de créer sa propre base de données en collectant des données depuis son application mobile, son listing client, etc.

Les data servent à mieux connaître les clients, elles ne valent rien si elles ne sont pas conceptualisées et réutilisées dans une démarche d’amélioration de la performance.

Que cherche-t-on à accomplir via son application mobile ?

Il faut prendre le temps de bien réfléchir à cette question, car la réponse va déterminer les metrics qu’il faudra suivre et la manière dont il faudra communiquer.

Pour exploiter au mieux ses data, il faut d’ailleurs être attentif au ranking utilisateur (par exemple sur l’App Store) et aux taux de crashs de l’application mobile, car si cette dernière ne séduit pas ou ne fonctionne pas correctement, les résultats de l’application en seront impactés.

Les périls des notifications push

2 – Pour activer sa base de données clients mobile, il faut envoyer des notifications push

L’intégration d’un plan de taggage

plan-de-taggage

Pour optimiser l’envoi de push, il faut avoir pensé et mis en place en amont un plan de taggage.

Le plan de taggage, aussi appelé plan de marquage, permet de suivre certaines actions dans l’application (clic sur un bouton, formulaire rempli…) et nous aident à définir quelles données vont être collectées à chaque étape du parcours de l’utilisateur sur l’application. Ceci permet de mieux comprendre le comportement des mobinautes pour pouvoir leur apporter un service de meilleure qualité.

Il est possible par exemple de savoir :

  • Quels produits ont été ajoutés au panier
  • À quel moment les visiteurs abandonnent le processus d’achat
  • Quels articles, pages, etc., ont été partagés sur les réseaux sociaux

Réussir un plan de taggage en 3 points :
  • Prendre son temps : c’est un véritable outil de travail qui doit être bien pensé pour être efficace.
  • Sélectionner les data à collecter : inutile de tagger systématiquement chaque événement, seules les datas vraiment pertinentes pour vous auront de la valeur !
  • Le modifier : un plan de taggage n’est pas gravé dans le marbre ; pour qu’il reste efficace, il faut le faire évoluer en même temps que ses objectifs.

Segmenter ses utilisateurs en fonction de leurs comportements

Grâce aux données clients mobiles, il est possible de cibler des prospects spécifiques via un outil de ciblage comportemental. Plus on en sait sur ses prospects, plus il est facile de les cibler pour les atteindre de la bonne manière et au bon moment.

Par exemple, on peut envoyer une notification push concernant l’une de ses offres lorsqu’un prospect se trouve à proximité d’une de ses enseignes, grâce à une campagne geofence. On peut aussi lui envoyer une notification pour l’informer d’une promotion sur son application concernant un produit qui a retenu son attention lors d’une précédente connexion. Les possibilités sont vastes.

Pensez à l’Onboarding !

Un onboarding permet d’accompagner l’utilisateur lors de sa première connexion sur l’application. L’objectif est de l’encourager subtilement à utiliser régulièrement son application et d’éviter ainsi sa désinstallation.

Pour cela, voici quelques bonnes pratiques à suivre :

  • Ne pas obliger les utilisateurs à s’enregistrer sur l’application dès leur première connexion : ils préfèrent naviguer librement et découvrir les fonctionnalités avant de se créer un compte
  • Choisir le bon moment pour demander un opt-in : le meilleur moment pour proposer à un mobinaute une autorisation d’accès (localisation, caméra, notifications push, etc.), c’est au moment où il a besoin de cet accès pour bénéficier d’une plus-value servicielle. Ex: géolocalisation pour afficher les restaurants végétariens les plus proches de l’endroit où il se trouve
  • Pensez au tutoriel : Optez pour une présentation de navigation animée dans votre app afin d’expliquer de manière illustrée l’utilisation de votre service et par la même occasion faire passer les messages clés à vos utilisateurs
  • Analysez, testez puis optimisez : le travail n’est jamais fini !
  • Être attentif au moment où l’on demande à l’utilisateur la permission de lui envoyer des push : dès la première utilisation est un exemple de mauvaise pratique, car l’utilisateur ne sait pas encore s’il aime ou non l’application mobile ! Il pourrait refuser par principe, puis ne jamais penser à les activer par la suite alors que cela lui aurait finalement été profitable. En optant pour cette façon de faire la relation commerciale est d’avantage contrainte que souhaitée.

Une fois que l’utilisateur est actif, on peut lui envoyer des informations ou des notifications relatives à :

  • Son profil
  • Sa géolocalisation
  • Ses heures de connexion
  • Son comportement / parcours dans l’app

3 – Bonus : les push web, l’alternative complémentaire

 

black-friday-to-do-list

Une campagne push notification n’est pas réservée qu’au mobile ! Depuis peu, il devient possible de le faire via le web. En 2015, Google Chrome s’est lancé dans l’aventure en implémentant cette fonctionnalité à son navigateur. En 2016, Mozilla Firefox lui a emboîté le pas.

Dans la dimension multi canale, coeur des stratégies marketing actuelles, le push web est la complémentarité du push notification sur mobile.
Le dialogue avec l’utilisateur est primordial, tout comme sur le mobile il est nécessaire d’obtenir l’opt-in pour pouvoir lui envoyer des notifications push web.

Le push web est très efficace pour communiquer des informations clés à un client. D’après le portail en ligne Tiendeo, le push web permet de délivrer des informations clés de manière 5 fois plus efficace que via e-mail :

  • 80 à 90 % des notifications push web sont lues, contre 10 à 25 % pour les e-mails.
  • 27 % d’entre elles sont ouvertes, contre 5 à 10 % pour les e-mails.
  • Les internautes consultent la notification dans les 10 secondes qui suivent son envoi, contre 5 à 6 heures pour un mail.

En résumé, le push web permet de communiquer une information aux internautes de manière immédiate et efficace !

Les notifications push, sur mobile comme sur le web, représentent un outil de communication efficace pour communiquer avec les utilisateurs . En collectant et en utilisant de manière pertinente une base de données clients, il sera possible d’améliorer ses résultats et sa relation avec ses clients.

 

Les points-clés à retenir :

  • Une base de données n’a aucune valeur si elle n’est pas utilisée.
  • Les notifications push mobile permettent de communiquer la bonne information au bon moment avec le bon prospect.
  • Le push web se démocratise et affiche déjà d’excellents résultats.
  • Construire une stratégie mutli-canale en croisant push web et push notifications basées sur une segmentation comportementale

les périls des notifications Push