marketing-mobile-apple

Apple fait avancer le marketing mobile

Les Unes titrent sur les nouveaux iPhones, iPad Pro, 3D Touch, Live Photos et mises à jour de logiciels. Mais y a-t-il d’autres éléments que les marketeurs peuvent exploiter parmi les annonces faites par Apple le 9 septembre dernier ?

En tout premier lieu, l’annonce de la sortie des nouveaux iPhones – qui plus est à un prix inférieur à celui des précédents modèles–, est une très bonne nouvelle pour les marques et entreprises de toutes tailles.

Près de 7 utilisateurs de téléphone portable sur 10 sont munis d’un smartphone aux Etats-Unis. Si l’histoire se répète, ils seront encore plus nombreux à être dans ce cas lorsqu’Apple mettra ses nouveaux produits sur le marché dans quelques semaines. Par ailleurs, ceux qui possèdent un téléphone démodé voudront sans doute le remplacer.

Cela se traduit par plus de clients accessibles et désireux de profiter d’une meilleure expérience utilisateur.

En creusant plus loin, on observe que les changements les plus significatifs d’Apple concernent les fonctions deep linking et ad blocking sur iOS9. Ainsi que la mise à jour du système d’exploitation, qui sera disponible pour tous les iPhones postérieurs à l’iPhone 5. Cela inclut donc les iPhones 5S et 5C, qui sont d’ores et déjà largement répandus.

iOS9 est également compatible avec tous les iPads, à l’exception de la toute première génération.

Le deep linking est une fonction qui a demandé de longs développements et qui sera bientôt disponible. Elle permet aux développeurs d’applications mobiles d’intégrer un lien pour amener une personne à une page spécifique ou à une section particulière d’une application.

Par exemple, un constructeur automobile peut diriger ses clients vers un modèle de voiture en particulier au sein de son application mobile, plutôt que de renvoyer cette personne vers la page d’accueil qui présente tous les véhicules.

Un autre exemple : la saisie du terme « pomme de terre » dans la fenêtre de recherche peut diriger vers des recettes de l’application Marmiton, déjà installée sur l’appareil.

Apple affirme que si vous adoptez le deep linking, vous constaterez « une augmentation de l’usage de votre application » et « une amélioration de l’accessibilité de votre contenu en l’affichant lorsque l’utilisateur fait une recherche sur le système et sur internet. »

Pourquoi est-ce important ? Au-delà du fait que le deep linking fournit une expérience pertinente à l’utilisateur, il simplifie la découverte de contenu dans un environnement qui en contient énormément. iTunes proposent aujourd’hui plus de 1,5 million d’applications mobiles sur l’App Store, et l’utilisateur moyen en possède 119 téléchargées sur un iPhone ou un iPad.

Le deep linking peut également mener les utilisateurs vers de nouvelles applications.

Comme l’annonce Apple dans son document pour les développeurs : « Supposons que votre application mobile aide les utilisateurs à gérer des problèmes médicaux mineurs, comme un coup de soleil ou une entorse de la cheville. Lorsque vous adoptez iOS9 Search, les utilisateurs recherchant sur leur appareil « entorse cheville » trouveront les résultats de votre application même s’ils ne l’ont pas téléchargée.

Quand les utilisateurs cliquent sur un résultat de votre application, le système leur propose de la télécharger.

De la même manière, les utilisateurs peuvent obtenir des résultats de votre application et du contenu web associé lorsqu’ils recherchent « entorse cheville » sur Safari. Cliquer sur un résultat dans Safari conduit les utilisateurs vers votre site, où ils peuvent ensuite télécharger votre application mobile via la bannière dédiée. »

Tout comme l’automatisation du marketing mobile, le deep liking est une amélioration qui offre à l’utilisateur mobile une meilleure expérience, plus pertinente et plus personnelle. Au final, tout le monde est gagnant, l’utilisateur mobile comme la marque.

L’Ad Blocking peut représenter une autre avancée importante. Les utilisateurs d’iOS9 auront la possibilité de désactiver les publicités sur le navigateur Safari.

La question est : combien seront-ils à le faire ? Peut-être très peu.

Il y aurait aujourd’hui environ 198 millions d’utilisateurs actifs de la technologie ad block (principalement sur des ordinateurs fixes et portables) dans le monde.

Comme l’annonçait Information Week récemment, « En intégrant le blocage de contenu, Apple peut sembler favoriser ses propres intérêts au dépend du Web, qui est une plateforme en compétition avec les applications mobiles natives et qui n’appartient à personne. Le blocage de contenu d’Apple sur iOS9 ne concerne que Safari pour mobile. Les publicités propres aux applications mobiles ne sont pas concernées. »

Ben Kunz, Vice-Président en charge du Planning Stratégique chez Mediassociates, une agence de media planning et d’achat média, a récemment annoncé durant le Digiday que cela constitue une bonne nouvelle pour les marketeurs et les utilisateurs mobiles.

« L’Ad blocking est en réalité un outil de sélection personnelle grâce auquel les personnes qui ne supportent pas les publicités ne seront pas l’objet d’investissements inutiles de la part des marques. Un marketeur qui dépense 1 million de dollars dans la publicité digitale se réjouira de ne pas investir 300 000 dollars sur des cibles non-réceptives », dit-il.

Il s’agit clairement d’une évolution à suivre de près. Il s’agit d’offrir aux utilisateurs de smartphones une expérience pertinente et personnelle.